Partenaire pour des milieux de vie de qualité

Fil d'information

Retour

« Cinq jours pour la dignité » : 13 000 personnes vulnérables lancent un cri du cœur au gouvernement du Québec

Montréal, le 20 novembre 2017 – Devant la situation financière intenable menaçant l’avenir des ressources intermédiaires (RI) et l’inaction persistante du gouvernement libéral, l’Association des ressources intermédiaires d’hébergement du Québec (ARIHQ) lance les « Cinq jours pour la dignité ». Cette grande semaine de mobilisation, qui sera marquée par un rassemblement sur le site de l’Assemblée nationale, le mercredi 22 novembre, vise à rappeler l’urgence de réinvestir pour assurer la dignité des 13 000 personnes vulnérables résidant dans les quelque 900 RI du Québec.

 « Depuis maintenant près de deux ans, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, et ses collègues du gouvernement, font la sourde oreille à nos préoccupations, malgré les cris du cœur qui se multiplient dans toutes les régions. À bout de souffle, nos gestionnaires, nos employé(e)s et nos usagers ont choisi de se mobiliser pour envoyer un message clair : la situation ne peut plus durer », lance le président du conseil d’administration de l’ARIHQ, Michel Clair.

Les ressources intermédiaires réclament un réinvestissement annuel de 15 millions $ sur cinq ans afin d’assurer la qualité et la pérennité des services offerts à leurs usagers : des aînés en perte d’autonomie, des personnes vivant avec une déficience intellectuelle, un handicap physique, des problèmes de santé mentale ou de toxicomanie.

Des activités de visibilité et de mobilisation auront lieu toute la semaine : publicités et caricatures dans les journaux, lettre d'opinion et sorties médiatiques, manifestation sur la colline parlementaire, présence à la période de questions à l’Assemblée nationale, envoi massif de cartes postales au ministre de la Santé, capsules vidéos sur le web et les médias sociaux, etc.

 

Assurer la survie des ressources intermédiaires

Le réinvestissement demandé permettrait notamment de répondre aux problématiques criantes liées au recrutement, à la rétention et à la formation des 10 000 travailleurs des RI, dont 80 % sont des femmes. À l’heure actuelle, avec un salaire moyen oscillant entre 11 et 13$ de l’heure, plusieurs préposé(e)s doivent cumuler deux emplois pour subvenir aux besoins de leur famille. De nombreuses autres quittent vers un autre emploi ou pour aller travailler en CHSLD, où le salaire peut atteindre 10 $ de plus de l’heure pour un travail équivalent, impliquant moins de responsabilités.

« La pression sur nos services et nos employé(e)s est de plus en plus grande. Le gouvernement offre une hausse de notre financement global de 8 % sur cinq ans, alors qu’il augmentera le salaire minimum de 18 % sur la même période. C’est complètement insensé. À ce rythme, plusieurs RI devront tout simplement fermer leurs portes », indique la directrice générale de l’ARIHQ, Johanne Pratte.

 

Plus de responsabilités, moins de moyens

Les constats du plus récent rapport de la Protectrice du citoyen sont révélateurs : ces cinq dernières années, le nombre d’usagers en RI a augmenté de 34 %, tandis qu’on assistait à une réduction de 3 000 places en CHSLD. « Malheureusement, pendant que le ministre Barrette pellette ses responsabilités dans la cour des RI, les moyens ne suivent pas. Le gouvernement ne nous accorde aucun budget pour la formation de nos préposé(e)s. Résultat : les RI et leurs 10 000 employé(e)s au Québec sont à bout de souffle », constate Mme Pratte.

 

Absence de discussions

L’Entente nationale régissant les conditions des RI est échue depuis deux ans et les discussions visant son renouvellement sont au point mort avec le gouvernement du Québec. « Le gouvernement a trouvé des milliards $ pour offrir de généreuses augmentations salariales aux médecins. Il multiplie les cadeaux préélectoraux et navigue vers d’importants surplus budgétaires. On ne nous fera pas croire qu’il ne peut investir 15 millions $ par an pour assurer un milieu de vie de qualité à 13 000 personnes vulnérables », conclut Michel Clair.

 

À propos de l’ARIHQ

Le réseau des ressources intermédiaires compte 880 membres qui hébergent plus de 13 000 personnes vulnérables dans toutes les régions du Québec. Ces ressources embauchent plus de 10 000 employés, dont près de 80 % sont des femmes. L'ARIHQ est reconnue officiellement par le ministère de la Santé et des Services sociaux pour représenter toutes les ressources intermédiaires d'hébergement du Québec.

-30-

Information :

Isabelle Verge
Conseillère
TACT Intelligence-conseil
Cellulaire : 514 701-7223

Luc Vallerand
Directeur du service aux membres et des communications
ARIHQ
Cellulaire : 514-589-6564

 

Publicité diffusée dans les médias ce matin :