MONTRÉAL, le 14 avril 2020 – L’Association des ressources intermédiaires d’hébergement du Québec (ARIHQ) se réjouit d’entendre le premier ministre reconnaître l’importance de rehausser les salaires des préposés aux bénéficiaires, notamment ceux œuvrant en ressources intermédiaires, alors que la pénurie de main-d’œuvre met à mal le réseau depuis plusieurs années.

« Les préposés aux bénéficiaires en ressources intermédiaires (RI) sont des employés clés de notre réseau. Cela fait des années que nous répétons que la faiblesse de leurs salaires, ainsi que l’écart entre les salaires en RI et dans le réseau public, sont des obstacles majeurs à l’attraction et à la rétention de cette main-d’œuvre. Maintenant qu’il reconnaît formellement cet enjeu, le gouvernement devra placer l’augmentation des salaires en tête de liste de ses priorités, une fois la crise terminée » affirme Johanne Pratte, directrice générale de l’ARIHQ.

« Pas suffisamment attirant »

En effet, le premier ministre a reconnu que même avec la prime de 4 $/h qui porte le salaire à 17 $/h dans le contexte de la crise de la COVID-19, les salaires ne sont « pas suffisamment attirants ». L’ARIHQ souligne également que le salaire des préposés œuvrant en RI est d’environ 14 $/h, alors qu’il dépasse les 20 $/h dans le réseau public. Cet écart démesuré a des impacts significatifs pour les ressources intermédiaires qui n’arrivent tout simplement pas à concurrencer le réseau public sur le marché de l’emploi. Les RI deviennent l’école de formation du réseau public, ce qui contribue à augmenter le roulement de personnel et ce qui est néfaste pour les résidents.

La qualité des soins offerts en RI a toujours été la priorité des ressources intermédiaires à travers le Québec. Avoir la possibilité d’offrir un salaire décent aux préposés aux bénéficiaires et aux autres travailleurs en RI pourra assurément permettre aux entrepreneurs sociaux de remplir cette mission.

100 % financées par le public.

L’ARIHQ estime qu’une des solutions permettant de résoudre la problématique de disponibilité du personnel dans le réseau privé est de bonifier le financement des RI puisque les salaires dépendent directement de la hauteur des enveloppes budgétaires, lesquelles sont financées à 100 % par le gouvernement. Il est inconcevable que le Québec maintienne deux classes de préposés aux bénéficiaires qui donnent des services à la population du Québec.

Rappelons que les RI du Québec hébergent certaines des personnes les plus vulnérables devant la maladie à coronavirus et que les préposés des RI se retrouvent quotidiennement sur la ligne de front face au coronavirus. Les propriétaires et les employés des ressources intermédiaires du Québec sont dévoués à contribuer à l’effort collectif sans précédent déployé ces dernières semaines. Ils continuent de mettre toutes leurs énergies à maintenir des milieux de vie d’une qualité irréprochable même dans le contexte actuel sans précédent. 

L’ARIHQ souligne enfin que la subvention de 4 $/h promise aux préposés n’a toujours pas percolé à travers le réseau, près de deux semaines après l’annonce. L’ARIHQ presse le gouvernement de procéder à sa mise en place sans délai.

À propos de l’ARIHQ

Le réseau des ressources intermédiaires d’hébergement (RI) compte près de 1 000 membres qui hébergent plus de 16 000 personnes vulnérables — des aînés en perte d’autonomie, des personnes vivant avec une déficience intellectuelle, un handicap physique, une problématique de santé mentale ou de toxicomanie — dans toutes les régions du Québec. Ces RI embauchent plus de 14 000 employés, dont près de 80 % sont des femmes. L’ARIHQ est reconnue officiellement par le ministère de la Santé et des Services sociaux pour représenter toutes les ressources intermédiaires d’hébergement du Québec.

Lire le communiqué sur CISION

PARTAGER CET ARTICLE!

  1. Marlene Levenson 14 avril 2020 at 15 h 01 min

    I support the orderlies making a lot more money.
    If there is a way for me to receive information in English, I would prefer please.
    My hope is that all staff that helps in hospitals and other healthcare facilities, earn much more money.
    They are ESSENTIAL and MUST earn more than minimum wage or just above that.
    Without their work, there would be no hospitals or other healthcare facilities.
    The doctors need them, the nurses need them.
    They deserve all benefits including paid holidays, sick leave, maternal leave, raises, and any other benefits that all other workers receive.
    Thank you
    Marlene Levenson