Dans un premier temps, je tiens à remercier Steve Vaillancourt de m’avoir remplacé au pied levé lors de ma chronique de juin. Un problème de santé m’a empêché d’être avec vous pour cette chronique. J’aurai donc la chance d’être avec vous ce mois-ci, ainsi qu’en septembre.

Cette chronique portera sur le bris des équipements ou bris de machines.

Pourquoi en avoir besoin alors que les RI ne sont pas des usines de production ou de fabrication?

Tout d’abord, je dirais que tous les propriétaires d’entreprises devraient se munir de cette protection qu’il soit propriétaire, locataire ou exploitant.

Un bris est un dérèglement soudain et accidentel de l’équipement résultant en un dommage physique nécessitant la réparation ou le remplacement de cet équipement ou d’une partie de celui-ci.

Attention : cela ne signifie pas la détérioration, la corrosion ou l’érosion ni l’usure normale, mais bien un évènement soudain et accidentel. (Voir chronique l’assurance en général.)

Les risques couverts par le bris de machines sont des risques qui sont exclus sur le contrat de base, un peu comme l’avenant pour refoulement d’égout qui vient lui aussi couvrir des risques normalement exclus. L’assurance bris de machines vient donc en complément de l’assurance Biens de l’entreprise. Elle peut s’ajouter au contrat ou être achetée séparément sur un autre contrat, voire un autre assureur.

L’avenant bris de machine protège l’entreprise contre les pertes résultantes d’un bris d’équipement de chauffage, de climatisation ou de réfrigération, d’une chaudière ou d’un récipient sous pression, de machinerie de production ou d’un appareil électrique ou électronique.    

Les objets couverts vont de l’entrée électrique à la chaudière, de vos systèmes électroniques à vos congélateurs commerciaux.

C’est donc par cette protection que sera payable le contenu de vos réfrigérateurs et congélateurs. Les dommages causés par l’entrée électrique ou gicleur sont d’autres exemples.

Je vous encourage à valider avec votre courtier la protection que vous avez, tout cela pour éviter des désagréments lors de réclamation.

Stephan Lajoie
Courtier d’assurance

PARTAGER CET ARTICLE!