Nous vivons, depuis plus d’un an, une situation difficile au niveau de l’assurance de dommages pour les ressources d’hébergement. Plusieurs d’entre vous ont subi d’importantes hausses de prime, la diminution de certaines couvertures, l’ajout d’exclusion ou même l’incapacité à trouver de l’assurance. Déjà que le nombre d’assureurs intéressés à souscrire ce type de risque était peu élevé, la Covid-19 est venue s’ajouter à un redressement majeur du marché de l’assurance de dommages débuté en 2019. 

Bien que certains assureurs soient toujours enclins à souscrire des ressources d’hébergement, la grande majorité d’entre eux est au régime depuis 3 ans, alors que la demande pour de l’assurance ne cesse d’augmenter. Par conséquent, pendant que les assureurs prennent moins de risque qu’avant, ils reçoivent plus de demandes pour en assurer. Par conséquent, comme certains choisissent d’assurer uniquement un nombre limité de risques parmi cette grande demande, ils sont plus précis dans leurs décisions et analysent plus minutieusement les dossiers avant de les accepter afin de souscrire uniquement ceux qui conviennent le mieux à leur appétit.

Nous étions habitués à avoir des assureurs gourmands, désirant toujours un plus grand nombre de risques, un plus gros volume. Bien que ce soit toujours leurs objectifs, l’attention est maintenant concentrée sur les dossiers les plus rentables et par conséquent les moins risqués.

Afin de conserver l’appétit des assureurs pour votre type de risque versus les autres, nous devons donc les convaincre de vous choisir en démontrant la qualité de votre dossier. C’est en grande partie ce qui explique le nombre grandissant de questions qui vous sont posées et de propositions que vous devez remplir afin d’obtenir des soumissions pour vos dossiers.

Voici quelques exemples :

  • Avant d’assurer un bâtiment prenant de l’âge, un assureur voudra savoir s’il a été rénové régulièrement au cours des dernières années et si des mesures de prévention sont en place pour prévenir les incidents. Il vérifiera si les inspections des systèmes de prévention d’incendie sont faites périodiquement et que leurs recommandations furent exécutées.
  • Avant d’offrir une assurance pour les cybers risques, il voudra s’assurer que les employés sont formés sur ce type de risque et que vous avez mis en place des protections au niveau de l’accès à votre système.
  • Avant de vous proposer une couverture pour les abus, il vérifiera que les procédures sont en place pour prévenir ce genre de situation qu’il s’agisse de la vérification des antécédents criminels ou une politique de prévention.

Bien que ceci ne soit pas nouveau et que la grande majorité des points que les assureurs exigent font déjà partie de vos bonnes pratiques, l’accent est mis sur eux et nous devons donc maintenant les mettre de l’avant afin de vous obtenir, en premier lieu, de l’assurance mais surtout vous obtenir de bonnes protections à un prix juste.

Je vous invite à communiquer avec votre courtier afin d’identifier les points sur lesquelles vous devriez travailler ensemble pour préserver l’appétit des assureurs pour votre dossier à court mais aussi à long terme.

Steve Vaillancourt-Poulin, M.Sc.
Équipe Développement des affaires
Courtier en assurance de dommages

PARTAGER CET ARTICLE!